Aider une proche

 

Comment peut-on prévenir le suicide?

S'il n'est pas possible de prévenir tous les suicides, la majorité peut être évitée.  Il faut savoir que les suicides totalement inattendus sont plutôt rares. La plupart des suicidés avaient assez clairement fait part de leur intention de mettre fin à leurs jours. Toute menace de suicide est donc à prendre au sérieux. En outre, dans la majorité des cas, une tentative de suicide traduit une attitude ambivalente sans qu'il y ait une véritable intention de se donner la mort. Le suicide intervient souvent non pas au plus profond du désespoir, mais lorsqu'il y a un léger mieux et que l'on a l'énergie et la volonté pour passer à l'acte.

 

Les signes d'alerte

Les informations ci-dessous sont extraites du site Internet du Centre d'Etude et de Prévention du Suicide de Genève (CEPS). Vous pouvez lire la totalité des informations ici.

 

Il n'existe pas de raisons types ou de symptômes qui mènent nécessairement à une tentative de suicide. Ce qui doit alerter les proches, c'est surtout un brutal changement des habitudes de la personne et l'accumulation et la persistance de plusieurs signes comme :

  • Avoir déjà fait une tentative de suicide
  • L'expression claire d'envies suicidaires comme "je vais me suicider", "je préférerais être mort", "je ne tiens plus à vivre", "je veux en finir" , "je veux mourir", etc.
  • Les petites phrases dans le genre "de toutes façons je ne vous embêterai plus longtemps…", "je ne m'en sortirai jamais, mieux vaut tout arrêter…", "je vais partir pour un long voyage…", "dans quelques jours, vous n'aurez plus à vous en faire pour moi…"
  • Des lettres d'adieu, la rédaction d'un testament
  • La distribution d'objets personnels précieux
  • Le stockage de médicaments, la disparition de médicaments de la pharmacie familiale, l'apparition d'arme(s) à feu dans la maison, etc.
  • L'isolement, le retrait, la diminution ou la disparition des contacts familiaux amicaux ou encore sociaux.

Ce qu'il faut faire (CEPS)

  • Se rendre disponible, établir un climat de confiance tout en posant des limites (limites de sa disponibilité, de la confidentialité, de ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire, etc.)
  • Ne jamais promettre le secret car le devoir d'assistance à une personne en danger ne le permet pas et vous devrez pouvoir en parler avec une ou plusieurs autres personnes.
  • Inviter la personne à vous faire part de ce qu'elle vit et de ce qu'elle ressent.
  • Evoquer ouvertement vos craintes (ne pas craindre de demander si la personne a pensé au suicide!), et accepter de parler des éventuelles envies suicidaires de la personne (nommer la mort, la douleur, la souffrance).
  • Évaluer les risques d'un passage à l'acte suicidaire imminent.
  • Ne pas rester seul avec le témoignage de souffrance d’une connaissance et en parler avec une personne de confiance (parents, professionnel de la santé, enseignant,…)

Que demander et que faire si une personne vous révèle un projet de suicide?

 

Demander :

  • Si la personne a déjà pensé au suicide.
  • Si oui, lui demander si elle a envisagé de se tuer et comment
  • Si oui, lui demander si elle a déjà établi un projet pour se tuer
  • Si oui, lui demander comment ? où ? quand ?
  • Si oui, il faut faire votre possible pour vous interposer dans ce projet : prévenir les proches, ne pas laisser la personne seule, se relayer auprès de la personne suicidaire, la déposséder, de force s'il faut, de ses médicaments, de l'arme, des clés de son véhicule. 
  • Si cela n’est pas possible, ne pas hésiter à faire appel à la police ou à l’ambulance. Une fois le danger écarté, il faut absolument que cette personne soit vue par un professionnel de la santé, de préférence un médecin. Il est donc impératif d’appeler un médecin qui se déplace au lieu où vous vous trouvez (par exemple le 144 ou SOS Médecins) ou se rendre au centre des urgences le plus proche

Ce qu'il ne faut pas faire :

  • Il ne faut surtout pas banaliser ! Les propos suicidaires sont toujours à prendre au sérieux!
  • Il ne faut pas juste " attendre que ça se passe "
  • Il ne faut pas juger la personne, se moquer d'elle, l'humilier.
  • Il ne faut pas distribuer des recettes aussi simples qu'inefficaces comme : n'y pense plus; secoue-toi ; va faire du sport ; etc.
  • Ne dites jamais " ça ira mieux demain " en guise de toute discussion et conclusion.
  • Ne dites jamais " tu as tout pour être heureuse " ; " tu n'as pas de raisons de te plaindre " ; " pense à tous ceux dans le monde qui souffrent vraiment ".
  • Ne donnez pas des exemples de ce qui vous est arrivé, ou de ce qui est arrivé à d'autres, à moins que la personne suicidaire ne vous le demande.
  • Ne vous laissez jamais enfermer dans le piège du secret ! Le devoir d'assistance à une personne en danger justifie toutes les démarches que vous pouvez faire pour empêcher quelqu'un de se tuer.
  • Ne faites pas croire à votre toute-puissance : vous ne pouvez pas tout faire seul, vous ne pourrez pas toujours être disponible et vous ne pouvez pas garantir le secret et la confidentialité si la vie de quelqu'un est en jeu !
  • Ne cédez pas à des chantages !
  • Ne mettez jamais une personne suicidaire au défi de passer à l'acte.

Rappelez-vous que vous n'êtes jamais responsable du geste suicidaire d'une personne.

 
 


 
blues-out
photo: Etienne Delacrétaz
 
   
 
 
 
   
© web developpement: atelierssud.ch | graphisme: chatty ecoffey